Journal de Marche N°93 – du 25 mai au 1er juin 2019

Journal de Marche N°93 – du 25 mai au 1er juin 2019

L’épisode des élections européennes, qui n’ont pas été le référendum que certains nous promettaient, étant derrière nous maintenant, nous allons pouvoir reprendre le cours très actif de nos réformes. Car, alors que les toutes premières portent déjà leurs fruits -avec la loi de transparence les députés d’aujourd’hui ne peuvent plus faire ce qui était reproché à certains d’hier, la refonte du code du travail qui a immédiatement permis une augmentation de 14% du nombre de CDI, suivie de la baisse significative du chômage- d’autres réformes fondamentales vont permettre cette transformation qui hissera encore plus haut notre nation dans le rang des puissances économiques.

Nous allons aussi entreprendre un travail salutaire contre la fraude fiscale (déjà commencé) et les niches, comme la refonte de l’assurance chômage afin de traquer les quelques profiteurs qui nuisent à l’ensemble de notre société. Cela nous permettra d’honorer les promesses du Président de la République Emmanuel Macron en sortie du Grand Débat National.

Mais le plus important est que nous allons pouvoir reprendre notre action sur la scène européenne et internationale afin d’atteindre cette position de leadership que nous étions sur le point d’atteindre.

Car plus que jamais la « voix » de la France porte, se fait entendre et atteint des objectifs dans cette conjoncture géopolitique d’émergence de nouvelles puissances hostiles et de « guerres hybrides ».

La “guerre hybride » se définit par des modes opératoires caractérisés par une recherche d’ambiguïté, visant à dérouter l’adversaire. Elle recouvre ainsi des actions agressives menées par la combinaison d’actions non militaires à portée stratégique comme les cyberattaques, les manipulations et déstabilisations politiques, par le biais de la désinformation d’une part et d’autre part en recourant à des opérations militaires secrètes et clandestines, mais aussi de grandes manœuvres intimidantes sous couvert d’exercice militaire.

De ce fait, notre présence sur différents théâtres afin de lutter contre le terrorisme, mais aussi pour faire cesser des agressions, est indispensable, remarquée et appréciée.

Comme pour l’opération Serval ou l’exfiltration des soldats américains tombés dans un piège à Tongo Tongo au Niger, la mort de nos deux fusiliers marins du commando Hubert au Burkina a imposé au reste du monde le respect de nos forces armées et de leur capacité.

Dès lors, notre présence sur la scène internationale est primordiale comme l’est aussi la préparation à de nouvelles crises fomentées par ces puissances que la réussite de la France ennuie.

Ensemble, sachons leur montrer que nous sommes forts et soudés.