Journal de Marche N°7 – Du 13 au 19 Août 2017

Cette campagne sur le terrain auprès des élus ruraux et citadins pendant l’interruption de la session parlementaire me permet de retrouver tous ceux qu’il m’a été permis de croiser toutes ces années de préparation de mon projet.

Garder le contact, tenir ses promesses, veiller à ne pas modifier la nature des relations qui nous unissent avec chacune et chacun de ceux qui ont contribué au renouvellement de notre Assemblée, voilà l’enjeu d’une présence au quotidien au cœur de notre terroir. Continuer à travailler, à rencontrer, à recevoir, à commémorer, pour rappeler que la «vie publique» ne part pas en vacances et qu’elle veille à toutes les rechutes comme à Charlottesville.

Ainsi, au moment où nous commémorons le 73e anniversaire du Débarquement des Alliés sur les côtes du Var pour libérer le sud de la France du joug nazi, un regroupement surréaliste de néo-nazis crée le chaos dans les rues de cette bourgade américaine et nous rappelle que ce danger n’est jamais loin et toujours vivant. Et, comme s’ils leur répondaient, les djihadistes font à nouveau couler le sang au Burkina Faso, le pays «des hommes intègres» au nom d’un fondamentalisme religieux qui veut anéantir la liberté de conscience et imposer ses règles comme moyens d’asservissement du monde libre.

Reprendre son bâton de pèlerin, se remettre en route pour convaincre chacun que nous ne pouvons jamais baisser la garde contre toutes les formes d’atteinte à la dignité de la personne, à sa vie privée, à ses croyances et sa conscience, à ses mœurs, sa race ou ses origines, jamais. JAMAIS.

À tous, je veux dire la chance que j’ai de vous rencontrer et de m’enrichir à votre contact. Merci.

Philippe Michel-Kleisbauer, À Fréjus, le 16 Août 2017