La séquence de diplomatie parlementaire qui s’est ouverte la semaine dernière avec la séance de travail à Berlin au Bundestag avec quelques uns de mes collègues et nos homologues allemands, s’est poursuivie cette semaine à Odessa en Ukraine dans le cadre de l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN.

Avec les autres membres du Conseil Interparlementaire Ukraine-OTAN (UNIC) nous nous sommes réunis dans cette ville mythique des bords de la mer Noire qui avait connu ses heures de gloire au temps de l’Union Soviétique. Ces rencontres sont l’occasion pour mes homologues des pays de l’Alliance Atlantique et moi d’écouter et entendre nos homologues ukrainiens sur l’état de l’avancement des réformes du pays et de la situation de guerre dans le Donbass à l’est, depuis l’annexion de la Crimée par les Russes.

Ce conflit aux portes orientales de l’Europe a depuis 2014 fait plus de 10.000 morts et 1,6 millions de déplacés.

Notre présence matérialise autant le soutien de la communauté internationale au peuple ukrainien que la réprobation unanime de l’attitude russe dans cette zone. La présence de la France à ce conseil est appréciée à sa juste valeur. Elle permet de renouer avec l’époque à laquelle notre nation était ouverte sur les autres et rayonnait au point tel que de nombreux pays plaçaient le français en tête de l’enseignement des langues étrangères.

Un tel rayonnement permettait à notre pays de bénéficier d’une image exceptionnelle dont l’impact pouvait se mesurer au travers de retombées considérables.

Nulle surprise dès lors qu’à travers notre présence dans les confins de l’Europe nous cherchions à faire revivre cette formidable idée un peu oubliée de la Francophonie.

Des rencontres aussi intéressantes qu’importantes avec Miro Kovac l’ancien ministre des affaires étrangères de Croatie ou Ivanna Klympush-Tsintsadze la vice-Première ministre d’Ukraine me confortent dans cette volonté de poursuivre cette politique de diplomatie parlementaire que nous sommes quelques uns à promouvoir à l’instar de mon estimée collègue Marielle de Sarnez. Ex-ministre des affaires européenne et actuellement présidente de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale, elle nous a offert une rare occasion mercredi soir de voter un texte à l’unanimité.

Nos auditions en commission de la défense se sont elles aussi poursuivies à un rythme soutenu, particulièrement pour moi mercredi et jeudi avec des ordres du jour dédiés aux questions de renseignements et de cybersécurité, pour se finir finalement par l’audition de Florence Parly, ministre des armées.

Le retour en circonscription s’est fait enfin avec au menu des rendez en entreprises, et par la rencontre avec de jeunes athlètes ukrainiens accueillis par le club d’aviron de Saint Cassien et notre amie Guylaine Marchand, championne du monde en 2X M PR3.

De quoi finir la semaine comme je l’avais commencé dimanche passé par cette ouverture sur l’Europe de l’est.

Dans l’attente de vous retrouver la semaine prochaine,

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench