L’Europe, espace de paix, de sécurité et d’épanouissement pour plusieurs centaines de millions d’individus, était au cœur de tous nos débats cette semaine. Tout d’abord, lors du vote solennel à l’Assemblée du retour des listes nationales afin de déterminer nos prochains représentants au Parlement européen. Même si le Mouvement Démocrate a jusqu’au bout essayé de faire accepter l’idée que les sièges laissés vacants par nos amis anglais soient, quant à eux, répartis au moyen de listes transnationales, il est logique que nous en soyons revenu à une circonscription unique. La politique européenne de la France devant de toute évidence se décider à l’échelon de la nation.

Toutefois, il est dommage d’avoir raté cette formidable opportunité qui s’offrait à nous tous d’introduire pour la première fois des listes composées de ressortissants de tous les Etats européens réunis par des valeurs communes. C’était donner à la démocratie européenne un nouveau symbole de sa vitalité, une belle occasion de nous intéresser réellement à nos voisins. Cet excès de conservatisme de nos alliés ne sera, espérons le, que de courte durée et nous ne désespérons pas de voir un jour prochain notre idée s’imposer à l’instar de beaucoup d’autres.

L’Europe est également présente dans les débats que nous avons au sujet de la Loi de Programmation Militaire, au cours des auditions qui s’enchainent à une cadence soutenue. Que se soit au sujet de coopération tactique, industrielle ou en matière de cyberdéfense, nous voyons tous que l’Union Européenne est un espace incontournable et que les retards accumulés doivent être comblés au plus vite.

L’Europe encore, au cœur du dispositif de la loi sur le droit d’asile et l’immigration présentée par le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur Gérard Collomb.

L’Europe enfin au cours du débat que nous avons organisé avec mon éminente collègue Valérie Gomez-Bassac, à Fréjus, afin de marquer le premier anniversaire de l’alliance de François Bayrou et Emmanuel Macron, tout en envoyant un signal fort à une municipalité qui voudrait en revenir aux anciens francs et qui a retiré de son fronton le drapeau européen.

Parcequ’elle seule a été la garante de la paix sur notre continent et l’accession à une meilleure qualité de vie pour des millions de personnes, nous devons nous mobiliser afin que l’Europe soit une idée irréversible qui permette à chacun de s’y épanouir.

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench