Journal de Marche N°31 – du 11 au 17 février 2018

Des bouteilles à la mer qui charrient en elles les messages de s.o.s que nous envoie la planète et une algue tueuse proliférant en Méditerranée grâce au réchauffement que nous lui infligeons, voilà ce qu’une sortie en mer dominicale et matinale m’a permis de ramener.

De déchets ménagers et industriels, donc produits de l’homme, il en a été question lors de mon entretien mensuel avec le préfet du Var et le sous préfet de l’arrondissement de Draguignan entre autre des sujets importants dont je suis minutieusement l’évolution. Ces mêmes déchets ont été la question centrale et unique d’une convocation dans l’urgence et à la hâte de l’assemblée des maires du Var à laquelle j’ai apporté toute ma capacité d’écoute.
Depuis des décennies mon beau département natal ayant fait le choix de l’enfouissement sans être un modèle du genre dans le tri sélectif se retrouve avec des sites saturés en fin de vie sans qu’une planification et une anticipation sérieuse ne nous aient évité de nous retrouver au pied d’un mur d’ordures.. Nous resterons donc attentifs à ce que cette situation nous permette enfin de changer de siècle.

Comme la santé de notre planète va de paire avec la notre, cette séquence « terrain » de mon mandat a aussi été consacrée à une rencontre avec la directrice et son adjoint des centres hospitaliers de l’Est Var mais aussi du délégué du Var de l’agence régionale de santé PACA, afin de faire le point sur les gros dossiers d’équipement et d’expérimentation en cours. Un travail régulier qui je l’espère nous permettra de maintenir un dispositif à la hauteur des enjeux de notre territoire.

Enfin le développement économique et l’emploi ont été au cœur des préoccupations du conseil d’agglomération Var Est Méditerranée auquelle la Loi de Programmation Militaire sur laquelle nous travaillons va apporter de nombreuses et belles réponses. En effet cette loi sans précédent va au cours des 8 années prochaines apporter un budget de fonctionnement et d’investissement en augmentation constante dont les retombées économiques pour notre département se feront plus qu’ailleurs.

Il nous appartient désormais de faire converger la formation professionnelle avec les besoins de la défense et de son industrie afin de pourvoir aux milliers d’emplois que cette manne va générer.