Avec ce 25ème numéro de notre Journal de Marche hebdomadaire, nous ponctuons le premier semestre de notre action parlementaire caractérisée par des changements de gouvernance jamais constatés auparavant.
Non seulement notre majorité tient toutes ses promesses en commençant par les chantiers les plus difficiles; moralisation de la vie politique, code du travail, éducation nationale, augmentation du budget de la défense, lois contre le terrorisme et la sécurité intérieure et loi sur l’immigration, mais en plus, elle s’inscrit dans des mouvements de fond de notre société que rien n’arrêtera. En effet, les deux grandes causes que son l’égalité entre les femmes et les hommes, comme la lutte contre le dérèglement climatique, ont toutes deux pris la voie de l’irréversible.
La première, au delà de l’action menée par Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a pris une tournure extraordinaire avec la libération de la parole des femmes victimes de viols, de violences, de harcèlement ou du silence. Grâce à elles, grâce au fait que nous ne les laisserons plus tomber, cette cause va enfin permettre de voir la dernière barbarie de notre société reculer et, espérons le, disparaître.
La seconde à été marquée par l’action immédiate et poussée de Nicolas Hulot notamment sur les hydrocarbures marquant un tournant historique auquel je suis fier d’avoir contribué.
Cette dernière semaine de la session s’est achevée sur un congrès exceptionnel du Modem par la qualité des débats comme de ses orateurs.
Ainsi c’est pas moins que six membres du gouvernement dont le premier ministre et un commissaire européen, Geneviève Darrieussecq, Jacqueline Gouraut, Julien Denormandie, Christophe Castaner, Jean Michel Blanquer et Edouard Philippe, qui se sont succédés pendant deux jours pour venir soutenir notre formation et sa volonté d’être le garant d’un pacte social préservé avec les français; « notre pays ne peut s’abandonner au cours naturel du moment, il lui faut un socle social résistant au temps, là est notre identité » François Bayrou.
Ainsi nous resterons les garants de la promesse faite aux français que les richesses nées de la libéralisation de notre économie nous permettront de mieux aider ceux qui n’ont pas ou plus d’autonomie.
Nous resterons également les portes étendards de l’Union Européenne pour laquelle force est de constater que le discours prononcé à La Sorbonne par le Président Macron a marqué les esprits bien au delà de nos frontières. Ils n’est pas un parlementaire, diplomate ou haut fonctionnaire étranger rencontré ces dernières semaines qui ne m’y ait fait référence, aussi comprenez vous que je le remette à votre lecture en dernières pages de ce Journal de Marche.
Il est flagrant de constater au cours des missions diplomatiques que nous accomplissons au travers des groupes d’amitiés comme lors de l’accomplissement de la mission OTAN, que la France a repris sa place dans le concert des nations et va tenir un rôle déterminant dans les mois et années à venir.
Ainsi m’est il autorisé ici de louer l’action du Président de la République, de le remercier de la confiance qu’il m’a accordé en m’accordant son investiture lors des élections législatives et de remercier encore toutes celles et tous ceux d’entre vous qui m’ont permis d’intégrer cette équipe dynamique.
Que cette fin d’année soit pour chacune et chacun le moment de se retrouver, de se détendre, de profiter de celles et ceux qui nous sont chers et, quelle que soit l’étoile qui vous guide, que vous trouviez la voie de la paix, de la joie et du bonheur.
Bonnes fêtes de fin d’année, à très bientôt.
Philippe Michel-Kleisbauer

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench