Journal de Marche n°155 – du 7 au 13 novembre 2020

Journal de Marche n°155 – du 7 au 13 novembre 2020

Alors que la pandémie a conduit le Gouvernement à prendre de nouvelles mesures d’urgence restrictives pour nos libertés, auxquelles sont privilégiées les questions de survie, nous travaillons d’arrache-pied au Plan de Relance comme à l’impact sur le petit commerce.
Vous trouverez dans ce numéro le plan mise en œuvre par Jacqueline Gourault, la Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, afin d’organiser une adaptation rapide des commerces de proximité à l’utilisation du numérique afin de pallier, quand cela est possible, aux effets du confinement.

Notre mobilisation constante ne s’adresse pas seulement aux entreprises mais aussi et surtout aux acteurs sociaux de la solidarité. Car la crise sanitaire provoque un retour au chômage contre lequel nous avions d’excellents résultats depuis deux ans et précipite certains de nos concitoyens dans une situation désastreuse, qu’un trop grand nombre de nos semblables connaissaient.

Ainsi, une cellule de crise parlementaire des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) a été créée par Olivia Grégoire, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable, afin que nous rappelons sur le terrain que toutes les associations, même et surtout les plus petites avaient droit aux mêmes aides que les entreprises, afin que partout sur le territoire nous ne laissions personne sans aide.

Enfin, parce que les gros dossiers comme la Politique Agricole Commune ne connaissent pas de trêve, même en temps de crise sanitaire et parce que notre région est très concernée – bien plus que ne le croient ceux qui ne voient en nous que le côté estival – je suis revenu à la charge auprès de notre Ministre de l’Agriculture, au profit de nos viticulteurs et céréaliers varois, ainsi que les usines de pâtes alimentaires des Bouches-du-Rhône qui emploient des centaines de personnes.

Dès lors se poursuit une action permanente au quotidien pendant que le mal continue sa progression. Aussi, puis-je vous demander d’accroître votre vigilance en respectant encore plus les gestes barrières et de ne sortir que si absolument inévitable…