Journal de Marche N°63 – du 21 au 26 octobre 2018

Publié par Philippe Michel-Kleisbauer le

Une semaine sans fin.

Après la visite des musées nationaux de l’artillerie à Draguignan, celui de la Marine à Toulon et celui de la Légion Etrangère à Aubagne, j’ai consacré le week-end à une présence sur le terrain en circonscription aux côtés de mes concitoyens qui comme toujours partagent en toute franchise les bons et mauvais points de notre action.

Le retour dans la capitale s’est fait sous le signe de la diplomatie parlementaire avec un colloque organisé par Europa Nova sur l’état des réformes en Ukraine cinq ans après la révolution du Maïdan. C’était une belle occasion pour moi de restituer le travail effectué pour cet objectif précis au contact pluriannuel avec des députés de la Rada dans le cadre du Conseil Interparlementaire Ukraine-OTAN.

La suite a été marquée par les dernières auditions en commission de la défense avant l’examen du budget et les dernières auditions conduites par mes soins avec les grandes fédérations des anciens combattants, administrations et hauts responsables militaires comme le général Menaouine. Cet exercice terminé, c’est celui du rapport proprement dit devant les commissaires de la défense et l’exercice passionnant des questions réponses y compris en commission des finances. Cette longue et magnifique séquence de la préparation du budget 2019 des anciens combattants, de la mémoire, des liens avec la nation et des victimes des actes de barbarie de la seconde guerre mondiale s’achèvera le vendredi 2 novembre à la première heure en séance devant la représentation nationale.

Cette semaine aura été pour nous l’occasion de voter la première partie de la loi de finances et certains de mes camarades de débattre en séance jusqu’à plus de 5 heures du matin.

Qu’ils me pardonnent de les avoir lâchés cette nuit là mais d’être le premier le lendemain matin à ouvrir le bal des orateurs en commission de la défense à 8h30 me contraignant à un peu de sagesse.

Enfin, cette huitaine aura aussi été pour moi l’occasion de me déplacer à Saint Denis à la rencontre de Anaïs Brood, brillante combattante dans la lutte contre les discriminations, engagée au sein des Jeunes Démocrates, présidés par Pierre Jean Baty, elle est l’une de mes filleuls de l’Académie des Jeunes Démocrates avec Yanis Khalifa et Vanessa Kouete.

Mon action ne saurait avoir de sens si elle était dénuée sur le terrain aussi de cette transmission des méthodes qui permettent aux énergies de ne pas se perdre en vain, à Fréjus, dans le Var, comme dans tous les recoins de l’hexagone où mon travail est apprécié.

Catégories : Journaux de Marche