Le 18 juin 2017 nous avons fait la démonstration qu’il était possible de vaincre le Front National sur son terrain le plus fertile.

En effet, la 5ème circonscription du Var ne compte pas moins d’un sénateur maire, celui de Fréjus, qui plus est, ex-directeur de campagne de Marine Le Pen pendant les présidentielles et toujours membre du comité central du Front National. À quoi il faut ajouter deux conseillers départementaux et deux conseillers régionaux, trois si l’on compte le Directeur Général des Services (DGS) de la ville de Fréjus, candidat battu dans la 4ème circonscription du Var et lui même conseiller régional.

Ce résultat nous le devons à un long et inlassable travail auprès des citoyens et plusieurs élections contre une opposition de droite dont la frontière avec le FN est difficile à délimiter. Pour preuve, le candidat Les Républicains, battu au premier tour des législatives a refusé d’annoncer clairement un vote contre le Front National au second tour.

Réitérant par là son absence d’opposition claire au second tour de la présidentielle opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron.

Pire, lors des votes du budget très contestés de la municipalité Front National de Fréjus, les élus LR/UDI s’abstiennent ou vote POUR (1 voix favorable de la part d’une élue LR, aujourd’hui FN).

Ainsi, sur cette terre où les frontières entre droite et FN ne sont pas étanches était-il important de stopper une tendance qui commençait à s’étendre sur tout le territoire de l’Est-Var.

Ce dimanche, investi par le MODEM et La République En Marche nous l’avons fait.

Philippe Michel-Kleisbauer, député de la 5ème circonscription du Var.

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench